Késpéli SADEYEN, Promotion 2014/2015, site Rhône-Alpes

Fille d’horticulteur (à la Réunion), je me suis retrouvée très jeune sur un poste de responsable des cultures de l’exploitation familiale. Après environ 5 ans sur ce poste, j’ai souhaité reprendre mes études, c’est alors que j’ai quitté mon île pour venir en métropole.

J’ai été élève à la MFR d’Anneyron durant 3 années. J’ai réalisé le BTS Productions Horticoles  sur 2 ans, en étant apprentie dans une entreprise spécialisée en floriculture. Puis, j’ai souhaité poursuivre mes études avec une formation où je pouvais être plus en phase avec mes valeurs. C’est ainsi que j’ai intégré la Licence professionnelle en Agriculture Biologique Conseil et Développement. J’ai été apprentie dans un commerce équitable à Lyon.

La licence est conçue de manière à former de « véritable professionnel ». En effet, tout au long de la formation nous avons été en contact direct avec différents acteurs du développement de l’agriculture biologique. Je peux citer des exemples ; et je commencerai par le «salon Biofach» en Allemagne. Un séjour où l’ensemble des élèves des différents sites ont eu la chance de se rencontrer et d’échanger. Un salon incontournable où nous avons rencontrés des acteurs du monde entier. Je citerai aussi le « projet tuteuré », où nous avons été à la rencontre de nombreux agriculteurs dans le cadre des nouveaux «Talents Bio » du Salon Tech&Bio. Et, pour terminer, l’«UE métier» ; où j’ai été sur le site de Martinique pour un agréable séjour.

La licence ABCD m’a apporté beaucoup humainement et professionnellement. J’ai bénéficié le long de cette année de cours intéressant et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai souhaité me tourner vers les métiers de l’enseignement. Je suis depuis décembre 2015 formatrice dans un CFPPA-UFA de l’Oise en Picardie.  J’ai trouvé ce poste 2 mois après la fin de la formation.

Je suis ravie d’avoir bénéficié de cette formation. J’ai rencontré de nombreux professionnels qui aujourd’hui encore m’accompagnent dans mon nouveau métier. Je suis resté en contact avec quelques étudiants. Nous profitons du réseau des anciens de la licence pour partager nos informations et contribuer à la valorisation de la licence ABCD et par la même occasion au développement de l’agriculture biologique.

photo
Edina Kiss

Edina Kiss, Promotion 2013/2014, Site Sud – CFPPA Rodilhan

Je m’appelle Edina KISS, j’ai été formée sur le site Sud-Méditerranée au CFPPA de Nîmes-Rodilhan en 2013/2014.

J’ai beaucoup apprécié les travaux en groupes durant ma formation, même si j’aurais aussi préféré plus de travaux individuels. Un grand bravo pour les choix des travaux proposés dans le cadre de projet tuteuré. Il y en avait pour tous les « goûts » et on voit bien que tout ça ne doit pas être évident à organiser. La connaissance professionnelle des enseignants est indiscutable et très appréciable.

Cependant, personnellement j’ai trouvé que la recherche de stage au début de la formation prenait beaucoup d’énergie et de temps et n’aidait pas à être totalement concentré et serein durant les premiers cours. Du coup, je pense qu’il est très important d’arriver avant la formation avec son stage, cela permet d’une part d’avoir le temps de bien choisir le sujet et l’entreprise en fonction de son projet professionnel afin de pouvoir ensuite en tirer le meilleur profit du point de vue de la formation, de son avenir professionnel et de son futur réseau et d’autre part de pouvoir commencer plus sereinement la formation.

En résumé: cette licence offre une connaissance très généraliste ce qui est bien adapté aux personnes qui sont en reconversion et qui est complétée par la suite par des enseignements plus spécialisés surtout lorsque l’on aborde les options « métiers » .

Margot VALENTIN, Promotion 2013-2014, Site Grand Est

Après une formation agricole « conventionnelle » si j’ose dire, d’ingénieur en agriculture, j’ai décidé de m’orienter vers une formation plus technique, plus professionnelle et surtout spécialisée en agriculture biologique. La Licence ABCD paraissait correspondre à ce que je recherchais. Après avoir postulé et intégré la formation, j’ai rapidement su que j’avais pris la bonne décision. Une insertion complète dans le monde professionnel bio du territoire au travers des différents projets, l’acquisition de connaissances et compétences techniques spécifiques à toutes les productions en AB via les unités de formations et une synergie totale dans cette licence remplissaient toutes mes attentes.

La variété des cours, des intervenants, des formateurs et l’opportunité de l’apprentissage permettent aux étudiants, quelle que soit leur orientation de progresser et de se faire connaître dans le petit milieu de l’agriculture bio. Pour l’anecdote, lors de tous les entretiens d’embauche que j’ai passée après la licence, aux quatre coins de la France, j’ai retrouvé des professionnels rencontrés durant la formation ou qui me connaissaient par cet intermédiaire.

Aujourd’hui je suis en CDI chez UNEBIO, je remplace un autre ancien élève de la licence, je travaille avec certains de mes formateurs. J’occupe les fonctions d’acheteuse de bovins dans l’Est pour les intégrer à notre filière nationale de valorisation de la viande bio. Estimation des animaux en vif, organisation de la logistique des abattages sont désormais mon quotidien. J’ai trouvé ce poste deux mois après la fin de la licence, je travaille directement avec les agriculteurs, notamment sur des aspects techniques et avec des responsabilités, tout ce que je souhaite !

La licence a été un tremplin et me permet encore aujourd’hui d’être plus performante dans mon travail puisque mes camarades de formation occupent également des postes dans le domaine de la bio, certification, grande distribution, recherche, production et transformation. Elles font pleinement partie de mon réseau professionnel. Réciproquement, nous, anciens élèves participons à l’essor de la licence en transférant toutes les offres d’emploi que nous recevons, ou en accompagnement ponctuellement les élèves sur des projets ou leur mémoire.

En résumé, si comme moi l’agriculture biologique fait partie de vos convictions, rejoignez notre réseau et lancez-vous dans la licence ABCD !

20160412_1623062
Hebrard

Sébastien Hebrard, Promotion 2012/2013, Site Midi-Pyrénées

Après dix années de pratique de terrain exclusivement dans le domaine de l’Agriculture Biologique (production végétales et animales avec le maraîchage comme fil conducteur) je me suis trouvé dans l’obligation d’entamer une reconversion professionnelle pour raisons de santé. Le conseil et la formation me sont vite apparus comme une suite logique à ce parcours (d’autant que la transmission et la pédagogie m’intéressent vivement).

Cette année de formation a été des plus riches et des plus intéressantes. Elle m’a permis de raffermir mon socle de connaissances, de rassembler en un tout cohérent mes expériences et mes réflexions quant à l’agriculture et l’agronomie, d’être en capacité de mieux les formuler, d’approfondir les productions animales si essentielles en AB, d’acquérir une méthodologie de travail professionnelle et de parfaire ma connaissance de la règlementation.

Deux ans et demi après l’obtention de ma licence, je mesure régulièrement à quel point cette année de formation m’a été utile et continue de l’être dans mon travail.

A quelques semaines de la rentrée, je n’avais toujours pas trouvé de stage. Ayant travaillé pendant 4 ans comme encadrant technique et pédagogique dans des Jardins de Cocagne (structures d’insertion par l’activité économique ayant pour support le maraîchage biologique), je cherchais « naturellement » un stage dans un Jardin de Cocagne de Midi-Pyrénées qui aurait souhaité travailler un projet de développement complexe. Ne trouvant pas, le responsable du site de la Licence ABCD de Brens m’a aiguillé et m’a poussé à contacter directement le Réseau Cocagne qui fédère l’ensemble de ces Jardins.

J’y suis entré stagiaire sur un poste de Chargé de mission agro-environnementale que j’occupe encore aujourd’hui. Mon travail consiste à fournir un conseil technique relatif aux productions maraîchères AB diversifiées auprès des Jardins en y intégrant les aspects économiques et commerciaux. Je viens également en appui aux porteurs de projets désirant monter un nouveau Jardin de Cocagne (qualification de site, montée en charge du projet, plan d’investissement, etc.), je réalise des missions de formation en CFPPA et bien d’autres choses encore.

J’ai trouvé un emploi au-delà de mes espérances en termes de qualité  des missions, de travail d’équipe et de conditions de travail. Enfin pouvoir travailler dans un réseau national m’amène à rencontrer et parfois à travailler avec des personnes référentes dans le domaine de l’AB, que je n’aurais jamais pu rencontrer ailleurs et qui poursuivent ainsi ma formation.

Au final je dois énormément à mon passage en licence pro ABCD, et j’y repense souvent !

Gérald Huber, Promotion 2010-2011, Site Auvergne Limousin.

Bien que n’étant pas issu d’une famille d’agriculteurs, j’ai été immergé dès mon enfance dans le monde agricole de mon petit village alsacien. Mon intérêt pour ce milieu se confirmant, c’est sur les conseils d’agriculteurs et d’anciens élèves que je fais mes premiers pas au lycée agricole d’Obernai. J’obtiens mon bac technologique option Technologies des productions et poursuit en BTS ACSE (analyse et conduite des systèmes d’exploitation). J’ai choisi le BTS ACSE car c’est un BTS généraliste, polyvalent, qui permet d’avoir une approche globale sur les systèmes de production.
Interpellé par le raisonnement système et une approche agronomique intéressante lors de visites d’exploitations en agriculture biologique durant mes études, j’ai décidé d’approfondir cette approche et m’inscrire en licence professionnelle ABCD sur le site de la formation initiale à Clermont-Ferrand. J’ai voulu creuser le sujet, me faire une opinion personnelle sur un mode de conduite encore discuté et c’est pourquoi j’ai choisi cette licence qui est 100% bio.
Il est vrai que la partie du programme généraliste était du déjà vu pour ma part, mais je voulais rencontrer et échanger avec des personnes ayant déjà du recul et une certaine expérience dans l’agriculture biologique à travers les visites sur le terrain et les modules pratiques.
La formation est en alternance et j’ai effectué mon stage à la chambre d’agriculture du Bas-Rhin où je travaille actuellement. Etant donné que j’ai eu 4 sites de formations différents(Clermont-Ferrand, Brioude, Tulles et St-Affrique pour l’option), cela a été très enrichissant de découvrir l’ensemble du Massif Central et de nouer des contacts avec des personnes de toute la France. J’en garde un excellent souvenir.
Depuis l’obtention de ma licence, je travaille au sein de la Chambre Régionale d’Agriculture d’Alsace en tant que conseiller en Agriculture Biologique spécialisé grandes cultures. Étant sur un poste financé par l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, l’objectif est d’améliorer la qualité de l’eau
dans les aires d’alimentation de captages pour répondre aux problématiques nitrates et produits phytosanitaires. Mon travail consiste à réaliser de l’acquisition de références en AB à travers l’expérimentation, conseiller les producteurs, accompagner les projets de conversion et promouvoir l’agriculture biologique auprès des agriculteurs
conventionnels. J’ai sauté sur l’occasion de travailler dans ma région car je trouve le défi de développer l’AB encore plus important étant donné qu’il reste beaucoup de choses à faire.

Huber

Encore plus de témoignages !

Fanny Canette, Promotion 2012-2013, SIte Auvergne-Limousin

J’ai validé ma licence en octobre 2012 grâce à une VAE (validation des acquis de l’expérience professionnelle) partielle et repassé les Unités d’Enseignements manquantes entre novembre et mars 2013. Après 7 ans à Nature & Progrès et diverses expériences agricoles, la VAE était pour moi une formidable opportunité de validation mais aussi d’évaluation de mes
compétences. Tout cela m’amène aujourd’hui à démarrer une mission en ingénierie de formation à Terre & Humanisme convaincue que l’agro-écologie et l’agriculture bio ont toute leur place dans l’enseignement agricole!

Noémie Bonin, Promotion 2009-2010, Site Midi-Pyrénées

FB_IMG_1457691836344

 

 

 

 

A la sortie d’un Bac Scientifique, je me suis dirigée vers une première année de médecine pour être kiné. Forcée d’admettre que ce n’était pas pour moi, il m’a fallut me réorienter. Psychomotricien, Ergothérapeute et enfin Éducatrice technique, toute ces idées m’ont conduite à travailler près de deux années dans le handicap. L’outil de travail qui me plaisait le plus avec ce public était l’agriculture. J’ai donc intégré un BTS Horticole que j’ai obtenu avec succès. Cela a été une belle rencontre avec l’agriculture, mais nous y avons vu beaucoup de théorie et peu de pratique, aussi l’humain me manquait. J’ai donc cherché à continuer à me former voir plus de concret et me rapprocher de mon projet éducatif.
J’ai pris connaissance de la LP ABCD à Brens et St Affrique, cette formation collait à mes attentes, la formation est en alternance, je pouvais faire mon stage en ESAT viticole (ex CAT) et j’évolue depuis toujours dans le milieu du bio. Nous étions un petit groupe, nous nous sommes rencontrés et avons découvert différents systèmes d’exploitation beaucoup de production animale au début et par la suite de la production végétale. Pendant près d’un an, nous avons vécu ensemble, nous étions très souvent dans le concret, visites, diagnostic d’exploitation, salons agricoles, rencontres … Cette année n’a pas été sans doute mais elle a été très riche, tant techniquement qu’humainement car on s’est serré les coudes pour tous y arriver.

Jean-Roland Marguin, Promotion 2009-2010, Site Rhône-Alpes

La licence ABCD m’a beaucoup apporté. Elle m’a permis, en dix mois, de me familiariser avec les notions fondamentales du domaine. J’ai beaucoup apprécié l’approche pluridisciplinaire : agronomique, technique, comptable, sociale… Le long stage en alternance que j’ai effectué dans une ferme écologique du Val de Drôme m’a permis d’acquérir des connaissances pratiques indispensables et ce sur plusieurs saisons. Ce mélange de théorie et de pratique, particulièrement pertinent en ce qui concerne l’agriculture, constitue pour moi un des points forts de cette formation. Il a été agrémenté par de nombreuses excursions auprès d’acteurs de la filière y compris un voyage d’étude en Allemagne ! Un autre aspect très positif repose sur la pratique régulière du travail en groupe : travailler à plusieurs sur un projet commun et en un temps restreint prépare bien à la vie professionnelle en équipe où ce genre de situations est fréquent. Le fait que de nombreux cours soient retransmis à distance sans présence réelle des intervenants, ainsi que les petits problèmes techniques qui vont avec, font parti des côtés un peu moins enthousiasmants mais inhérents au caractère décentralisé de la formation. En revanche, l’avantage c’est que les cours sont enregistrés et qu’il est possible de les visionner de nouveau ! Au-delà du contenu même des études, le cadre dans lequel j’ai étudié (la Maison Familiale et Rurale d’Anneyron) était bien sympa, comme mon groupe de camarades, d’ailleurs (qui venaient d’horizons variés) !

Emilie Piet, Promotion 2009-2010, Site Auvergne-Limousin

J’ai une licence en physiologie animale obtenue à Poitiers en juin 2008. A la suite de cette licence, mon projet professionnel ne me convenait pas, j’ai donc décidé de faire une pause dans mes études et de partir à l’étranger en WWOOFING (« WorldWide Opportunities on Organic Farms »). Je suis donc partie en Irlande pendant 4 mois hébergée dans une famille avec une exploitation en polyculture élevage et un magasin de produits bio. Expérience enrichissante et catalyseur de mon projet à mon retour en France. J’ai cherché les formations universitaires autour de l’agriculture biologique et je n’ai trouvé QUE la licence professionnelle à Clermont-Ferrand! J’ai donc postulé et été recrutée en septembre 2009. J’ai réalisé mon stage de licence à Auvergne Biologique avec pour mission de redynamiser le Printemps Bio 2010 en Auvergne. A la suite de ma licence j’ai trouvé un emploi dans le groupement des producteurs bio des Deux-Sèvres : BioSèvres. Cette expérience enrichissante m’a permis d’apprendre à être polyvalente sur les thématiques autour de l’agriculture biologique et de la gestion de la vie associative (bureau, CA, financements…) et m’a apporté autonomie et assurance.

Chloé Gaspari, Promotion 2010-2011, Site Sud-Méditerranée

Capture

« Ayant été sensibilisée depuis mon plus jeune âge aux questions d’environnement et d’écologie, je voulais absolument travailler dans l’agriculture biologique. D’où mon choix de poursuivre en licence pro ABCD en 2010. Le rythme alternant 2 semaines de cours et 2 semaines de terrain me convenait parfaitement, d’autant qu’après un premier trimestre dédié aux cours magistraux, nous nous sommes rapidement concentrés sur des projets de groupe. Nous avons pu appréhender l’ensemble de la filière bio et rencontrer une grande diversité d’acteurs qui œuvrent pour son développement. Durant cette formation j’ai réalisé mon stage au GRAB (Groupe de Recherche en Agriculture Biologique) à Avignon. J’ai eu l’opportunité de m’y faire embaucher après l’obtention de mon diplôme. Je travaille désormais comme chargée de mission sur 2 problématiques: les semences paysannes et la sélection participative. Une grande partie de mon travail est dédiée à l’animation du réseau régional d’agriculteurs qui sauvegardent et multiplient des semences locales ou localement adaptées. Je fais également de l’expérimentation pour évaluer des variétés dans différentes conditions pédoclimatiques et trouver celles qui sont les plus adaptées, notamment à des terroirs bien particuliers comme ceux des Hautes-Alpes ou du parc de Mercantour.

Romain Doux, Promotion 2013-2014, Site Sud-Méditerranée

2

« J’étais attiré par l’enseignement, mais conscient du fait que l’agriculture biologique était de plus en plus présente dans les référentiels de formation, j’ai voulu compléter mes connaissance dans ce domaine par la licence pro ABCD. Mon objectif était d’avoir tous les outils en main, aussi bien au niveau des techniques culturales que des aspects réglementaires, pour apporter un enseignement complet aux élèves. Lors de mon stage de licence pro, j’intervenais au sein d’un projet d’accompagnement de la filière maraîchage bio du Massif Central. Après ma licence, j’ai rapidement trouvé un poste de remplaçant au lycée horticole de Lyon-Dardilly où j’enseigne les techniques horticoles à des bacs pro productions horticoles. »

Marianne Depauw, Promotion 2012-2013, Site Auvergne-Limousin

3

« Durant mon BTS j’ai effectué un stage dans une exploitation laitière menée en agriculture biologique. J’ai donc souhaité m’orienter vers la filière bio. Comme je voulais poursuivre mes études, la licence pro ABCD s’est rapidement imposée. J’ai opté pour une spécialisation dans l’audit et la certification, un tremplin pour me diriger plus tard vers les métiers du conseil. Rapidement après l’obtention de la licence, j’ai eu l’opportunité de rentrer chez Certipaq Bio et de devenir contrôleuse dans la région dans laquelle je souhaitais travailler : Auvergne-Limousin. Dans chaque exploitation, mon travail consiste à vérifier que l’agriculteur respecte bien le cahier des charges bio pour ses activités agricoles. En plus des compétences te connaissances qu’elle m’a apporté, la licence pro ABCD  m’a permis de vraies relations dans le monde de l’agriculture biologique, et j’ai encore l’occasion de rentrer des professionnels que j’avais rencontré durant ma formation. »

Romain Coulon, Promotion 2013-2014, Site Auvergne-Limousin

romaincoulon

 

 

 

 

« Je ne voulais pas repartir sur du théorique. Je recherchais quelque chose qui m’intéresse sur le terrain. » Romain Coulon est échaudé. Trois années de biologie à l’université de Tours lui ont montré les limites d’un cursus général. En licence de biologie végétale, « j’ai adoré ce que j’ai appris, mais je n’ai fais aucun stage… Ce fut très dur de trouver du travail. » Il décide de reprendre ses études. Le Berichon qui aime les grandes cultures, la pédologie, et présente une inclination pour le bio, choisit la licence professionnel ABCD de l’Université de Clermont-Ferrand, qu’il trouve sur internet. L’alternance proposée (en stage ou en apprentissage) de 15 jours en entreprise et 15 jours à l’école, lui convient. L’entreprise sera cependant plus dur à trouver , du fait de son profil, pense-t-il. C’est en tout cas seulement un mois après le début des cours qu’il reçoit une réponse positive de Bio Agri, société d’appro-collecte spécialisée en agriculture biologique du groupe coopératif Eurea. Le poste est à Clermont-Ferrand. « J’assurais le suivi des essais variétaux des blés et de triticales, tout en découvrant les autres métiers de la société. Ça m’a passionné ». Romain multiplie en parallèle les découvertes et expériences des productions sur les différents sites de son école. Il obtient sa licence en juin 2014. Et à l’issue d’un CDD de 6 mois, il est engagé en CDI chez Bio Agri, où, à 28 ans, il occupe le poste de technico-commercial spécialisé en grandes cultures, en régions Centre et Auvergne. Cette année supplémentaire d’apprentissage lui a donné de l’expérience et un travail. « Et le secteur se développe, c’est selon moi la voie à prendre ».